Le covoiturage solidaire consiste à proposer, gratuitement, un trajet à un autre passager. En général, il s'agit de permettre à quelqu’un de pouvoir se déplacer afin de se rendre à un entretien d’embauche par exemple ou plus généralement pour améliorer certaines démarches. Alors pourquoi ne pas faciliter l’accès aux soins des malades du cancer ?


80% des traitements en cancérologie se font en ambulatoire

Ce qui signifie, par exemple, pour une femme atteinte d’un cancer du sein, de trouver 45 fois (moyenne de séances de radiothérapie) un parent ou un ami pour l’accompagner et la raccompagner. Trouver un taxi conventionné est compliqué dans les grandes villes.


RoseCar, un nouveau site pour permettre aux malades de s’organiser entre eux

« Des femmes d’un même quartier, via un calendrier, vont pouvoir mettre en commun leurs trajets en voiture ». Explique Céline Lis-Raoux, sa fondatrice au Figaro Madame. « Le lundi, c’est le mari de Laurence qui fait le taxi, le mardi, c’est la meilleure amie d’Anne, etc. » Pour concrétiser ce projet, elle s’appuie sur le réseau crée en co-fondant, en 2011, Rose, le premier magazine gratuit haut de gamme dédié au cancer au féminin.

En plus d’être eco-responsable, RoseCar (www.covoiturage-rosecar.fr) permet également de rompre l’isolement des malades en créant des liens entre des femmes qui ne se connaissent pas. Sans parler de celles qui n’ont pas de proches et qui s’épuisent dans les transports en commun. Bref, c’est pratique, économique et bon pour le moral.