Accueil > S'engager > Aidants

Aidants d'un proche en Ehpad... des retrouvailles parfois difficiles - Partie 1


Dans notre précédent article en deux parties «Trop près ou trop loin... mais toujours inquiets», nous avions recueilli les témoignages de proches aidants sur la façon dont ils ont vécu le confinement. La France entame la phase 2 de son déconfinement, à l'exception toutefois des établissements accueillant des personnes âgées : les règles s'appliquant aux visites des proches resteront, dans l'immédiat, celles qui ont été définies le 20 avril dernier (Lire notre article  «Coronavirus : les visites en maisons de retraite autorisées sous conditions»). C'est pourquoi dans ce troisième volet,  nous avons choisi de laisser la parole à deux aidants, Jean-François et Céline, dont les mères vivent en Ehpad. Situations différentes, mais un point commun : leurs mères étaient entrées depuis peu en Ehpad, et se trouvaient donc encore dans une période d'adaptation lorsqu' est intervenu le confinement.


Derrière son masque, un regard lourd de reproches

 

Augusta, la mère de Jean-François, est entrée en Ehpad en novembre 2019, à l'âge de 103 ans. 

Jean-Fançois nous avait alors apporté son témoignage sur ce moment fragile de passage d'un mode de vie à l'autre. (Lire l'article «Entrée en Ehpad : la phase délicate de l'adaptation»).

 

Il a accepté de témoigner à nouveau sur une nouvelle expérience difficile : celle du confinement en Ehpad.

 

Ma mère s'était plutôt bien adaptée, avec des visites fréquentes de toute la famille, y compris de sa toute première arrière-arrière petite-fille âgée de quelques mois. Mais au bout de trois mois et demi de sa nouvelle vie, voilà qu'arrive cet événement incroyable...

Ma mère est une ancienne infirmière et elle a conservé une bonne partie de ses facultés intellectuelles.  Mais si elle a compris les notions de virus et d'épidémie, l'ampleur de l'événement la dépasse. Elle est comme sous l'effet d'un choc. Une fois, au téléphone, elle m'a parlé de la grippe espagnole... Elle est née en 1917, peu de temps avant la grande épidémie.

 

Nous avons aussi gardé le contact par vidéo, mais je la sentais totalement désorientée, à tous points de vue.

Dès que cela a été possible je lui ai rendu visite. Ce fut à mon tour d'être choqué !

Même si je m'étais préparé à ce que je savais être les règles strictes des visites, je n'avais pas imaginé que les «retrouvailles» seraient à ce point sous haute surveillance !

 

La présence de la psychologue était-elle nécessaire ? J'ai eu l'impression que je ne portais avec moi que du danger ! Danger physique, danger psychologique...

Aucune intimité possible, la psychologue, à mi-distance de chacun, «traduisait» à ma mère mes paroles. Elle est passablement sourde, mais si je m'étais moi-même tenu à la place de la psychologue, à 1,50 mètres de distance, il n'y avait pas besoin d'un «porte-parole».

 

J'ai eu plus l'impression d'une visite à un détenu en prison que  d'une visite à ma propre mère. Peut-être la présence d'une psychologue est-elle adaptée dans certains cas, mais en l'occurrence elle n'a fait que renforcer la distance qui s'est, par la force des choses, établie entre nous. J'ai revécu, amplifié, ce sentiment éprouvé lors de son entrée dans l'établissement : les proches du résident semblent n'avoir aucune expérience, aucune compétence.

«Ne vous inquiétez pas, nous nous occupons de tout». Tel semble être le maître-mot.

 

Je comprends la position de l'établissement, qui ne veut prendre aucun risque, dans un contexte où les médias  relatent régulièrement des manquements. Mais comme bien d'autres proches,  je me demande ce qui au bout du compte sera le plus mortel : le virus ou les conditions de vie actuelle dans les Ehpad ?

 

Nous ne pouvons, ma sœur et moi,  nous empêcher de culpabiliser de l'avoir convaincue, à 103 ans, d'intégrer un Ehpad. Si nous avions pu prévoir cette chose incroyable, nous l'aurions, malgré les difficultés, laissée finir ses jours chez elle. Bien sûr nous ne pouvions pas savoir, mais nous nous le reprochons.

J'ai pris à la fin de la visite une photo de ma mère. Elle me bouleverse à chaque fois que je la regarde : le masque ne laisse voir que son regard, perdu et chargé de reproches.

 


Imprimer
En partenariat avec :

La Maison des Aidants® : «Accepter d'être aider pour mieux aider son proche»


La Maison des Aidants® est un centre ressource pour l’ensemble des Aidants de proche prenant ou souhaitant prendre en charge un proche dépendant.L'association La Maison des Aidants® accompagne les aidants, autour d'un projet participatif et indépendant. Depuis dix ans notre approche globale de l'accompagnement des aidants (coaching, formations, ligne d'écoute, orientation, valorisation des témoignages, etc.) a inspiré la structuration de nombreuses associations sur tout le territoire français. Il n’existe pas une solution mais des solutions d’accompagnement des Aidants et c’est cet ensemble qui concoure à l’amélioration de leur situation.           


Le site internet : www.lamaisondesaidants.com


Un site participatif et collaboratif pour les Aidants familiaux:

  • « Boîte à outils de l'Aidant » et « L'Aidant face à » riche d'informations et de conseils pour les soutenir, en tâchant d'embrasser toutes les problématiques qui traversent la vie des Aidants,
  • ouvert sur l'Europe et le monde : la condition des Aidants et des politiques en leur faveur au-delà de nos frontières peut fournir des sources d'inspiration et de réflexion au plan national,
  • « Billet d'humeur » et « Dossiers-débat » permettent aux Aidants de s'exprimer directement et de choisir les thèmes qui les concernent.

Le service Allô-Aidants


Allô-Aidants propose aux Aidants des séances de coaching téléphonique pour les aider à gérer une situation difficile. L’aidant noue avec un interlocuteur professionnel une relation de confiance.


La formation


Un besoin largement exprimé par les aidants.

L’Aidant engage tout ou partie de sa vie dans un rôle auquel il n’est pas préparé. Il en résulte très souvent des situations de fragilité où l’équilibre précaire risque de se rompre à tout moment.

La Maison des Aidants® propose des formations en entreprise, auprès des aidants, auprès des professionnels qui interviennent à domicile.

 La dynamique du « Faire avec les Aidants » conduit l’action de La Maison des Aidants®.


 

Pascal JANNOT : Président fondateur de La Maison des Aidants®

 

 

Être aidant au temps du confinement – Trop près ou trop loin, mais toujours inquiets - Partie 2

Article précédent

Être aidant au temps du confinement – Trop près ou trop loin, mais toujours inquiets - Partie 2

Les dispositifs d'accueil des personnes handicapées - Partie 1 : les adultes handicapés

Article suivant

Les dispositifs d'accueil des personnes handicapées - Partie 1 : les adultes handicapés