Accueil > S'informer > Droit Pratique

Injonction de payer


Vous êtes face à un mauvais payeur et vous ne savez pas quoi faire ? Pour récupérer une dette impayée, vous pouvez demander gratuitement à un juge de prononcer une injonction de payer. Simple et rapide, cette procédure peut s'avérer très efficace. Voici toutes nos explications.


 


Injonction de payer : de quoi s’agit-il ?

La créance est le terme juridique utilisé pour parler d'une dette. Le créancier est celui qui détient une dette sur autrui, le débiteur. L'injonction de payer est une procédure simplifiée introduite par le créancier. Cette procédure ne passe pas par un huissier mais par un juge. Faisant appel à la justice, c'est un bon moyen de pression exercé par le créancier sur le débiteur. Le but étant que le débiteur paye enfin sa dette.

 

Sachez toutefois que l'injonction de payer ne peut pas être utilisée pour toutes les créances. Par exemple, pour le paiement d'une pension alimentaire ou d'un chèque sans provision, d'autres procédures de recouvrement spécifiques existent.


Les conditions pour exercer une injonction de payer

Le recours à une injonction de payer n'est pas libre et nécessite de remplir certaines conditions. Pour être acceptée par le juge, la créance doit être certaine, liquide et exigible.

 

Une créance certaine est une créance qui ne peut pas être contestée. La créance doit donc être contractuelle (un achat ou un emprunt bancaire par exemple) ou statutaire (facture impayée, loyer etc...). Elle peut également découler d'une lettre de change, d'un billet d'ordre ou encore de l'acceptation d'une cession de créance professionnelle.

 

Pour l'exigence de liquidité, la créance doit être exprimée en devises (en euros par exemple). Même s'il n'existe pas de plafond, l'engagement du débiteur doit donc être déterminé dans son montant. En matière contractuelle, la détermination du montant est faite en vertu des stipulations du contrat.

 

Enfin, l'exigibilité de la créance implique que la dette est échue. Autrement dit, votre débiteur ne vous a pas payé dans le temps imparti.


La procédure de l'injonction de payer

Pour pouvoir réclamer le paiement de votre dette, vous devez effectuer une requête. Dans cette requête, vous devez indiquer vos informations personnelles et celles du débiteur. S'il s'agit d'une personne morale, vous devez indiquer sa dénomination sociale et son siège social. De plus, vous devez indiquer l'objet de votre demande et l'indication précise du montant de la somme réclamée. Faites également le décompte des différents éléments de la créance et indiquez le fondement de celle-ci. Aussi, votre requête doit s'accompagner de pièces justificatives prouvant le bien fondé de votre demande. Attention, si votre requête est incomplète, votre demande sera refusée. Ainsi, si vous n'êtes pas certain(e) des éléments à préciser dans votre requête, n'hésitez pas à faire appel à un avocat.

 

Vous devez adresser ou remettre votre requête au greffe du tribunal compétent. Plusieurs personnes sont habilitées à déposer votre requête. Vous pouvez le faire vous-même ou faire appel à un avocat, un huissier ou un mandataire muni d'un pouvoir spécial.


La décision du juge

La procédure d'injonction de payer n'est pas contradictoire. Autrement dit, le juge prend sa décision aux regards des seuls éléments que vous avez fournis. À ce stade, votre débiteur ne pourra pas soumettre ses arguments au juge.

Si le juge estime votre demande fondée, il rend alors une ordonnance portant injonction de payer. Pour que vos débiteurs vous payent, vous devez leur signifier cette ordonnance dans les 6 mois. À défaut, elle sera considérée comme non avenue. La transmission de l'ordonnance s'effectue à vos frais par le biais d'un huissier de justice. Le juge peut aussi refuser votre demande. Dans ce cas, pour obtenir gain de cause, vous devez engager une procédure judiciaire classique.


La contestation de l'ordonnance  

Le débiteur a la possibilité de contester l'ordonnance d'injonction de payer. Pour ce faire, il dispose d'un délai d'1 mois à compter de la signification, par le créancier, de l'ordonnance d'injonction de payer. Cette contestation se fait par voie d'opposition auprès du tribunal qui a rendu l'ordonnance.

Une fois la contestation reçue, le tribunal convoque les parties pour les entendre. Une tentative de conciliation est alors entreprise. Si la conciliation s'avère impossible, il rend un jugement susceptible de recours.


Faire exécuter l'ordonnance

Parfois, le débiteur restera silencieux à l'injonction de payer et ne vous paiera toujours pas. Dans ce cas, au bout d'un mois, vous pouvez demander au greffe d'apposer une formule exécutoire sur l'ordonnance. En conséquence, votre ordonnance aura valeur de jugement. Cette opération permet de conférer pleine valeur à votre ordonnance et oblige vos débiteurs à vous rembourser.


 

 

Imprimer
En partenariat avec :

Le premier site média d’information juridique et tactique pour non juristes


Concrètement, nous apportons de l’information juridique à l’aide de la vidéo, sans jargon, avec une approche pédagogique innovante pour permettre aux non juristes de comprendre et agir. Notre site s’adresse autant aux particuliers (immobilier, travail, famille, emploi à domicile…) qu’aux professionnels (droits des affaires, gestion, droit du travail…).


Notre approche consiste à proposer des packs juridiques et tactiques « tout-en-un » combinant différentes ressources : des vidéos pédagogiques, sans jargon juridique, pour comprendre comment agir pour faire valoir ses droits, des fiches conseils, avec des exemples concrets, des modèles de courriers et des simulateurs pour calculer ses droits.


Concrètement, le client achète son pack en ligne, reçoit ensuite ses codes d’accès. Il peut ensuite visionner les vidéos et télécharger les documents. Nous proposons également sur notre site des vidéos juridiques d’expert : ces vidéos gratuites traitent d’un point précis, dans un format télévision. Ce sont des vidéos courtes, moins de 5 minutes, avec des textes clairs et des illustrations à l’écran.


Nous traitons tous les sujets sous un angle juridique et tactique. Ce qui veut dire que nous complétons l’information juridique par des conseils comportementaux, tactiques ou stratégiques. Par exemple, sur le thème de la rupture conventionnelle, à côté des éléments proprement juridiques, nous abordons les tactiques de négociation que l’on peut avoir avec son employeur. De même, notre pack sur le harcèlement moral a comme auteur un avocat en droit du travail, un expert ressources humaines de la souffrance au travail et un médecin du travail psychiatre. Enfin, si un client souhaite aller plus loin et être conseillé par un avocat, nous sommes capables de lui proposer un avocat sur-mesure partout en France.


Vidéo de présentation le Droit Pour Moi


Pour plus d'informations rendez-vous sur : 

https://ledroitpourmoi.fr/


DÉCOUVRIR L'OFFRE EXCLUSIVE RÉSERVÉE AUX ADHÉRENTS ANPERE 


Pas d’entretien, pas d’assurance…

Article précédent

Pas d’entretien, pas d’assurance…

La loi ELAN : plusieurs dispositions visant la lutte contre l’habitat indigne

Article suivant

La loi ELAN : plusieurs dispositions visant la lutte contre l’habitat indigne