Accueil > S'engager > Aidants

La bientraitance – Partie 1 : Bienveillance n'est pas toujours bientraitance


Entre préoccupation pour la santé ou la sécurité du proche âgé, et désir de lui assurer une vie la plus autonome et conforme à ses désirs, l'aidant peut parfois se sentir tiraillé. La crainte des risques (réels ou supposés) auxquels la personne âgée peut être exposée, conduit souvent ses proches à des mesures orientées sur la sécurité, mais laissant de côté l'expression de la personne âgée elle-même. C'est ainsi que l'on peut être bienveillant (souci de l'autre, de son confort, de sa santé etc...) mais pas forcément «bientraitant»...


 

La bientraitance, une notion complexe

 

Le concept de bientraitance s'est diffusé au sein notamment des établissements pour personnes âgées, afin de développer auprès des personnels une éthique et une pratique respectueuses de la personne dans toutes ses dimensions. L'Anesm* (Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux) rappelle que :

 

« La bientraitance ne se réduit ni à l’absence de maltraitance,  ni à la prévention de la maltraitance »

 

Si les préconisations de l'Anesm ont pour but de développer les pratiques de bientraitance auprès des professionnels, le cadre privé ne fait pas l'objet quant à lui d'une définition de cette notion. On peut toutefois s'inspirer, dans le contexte familial d'accompagnement d'un proche âgé, des recommandations de l'Anesm en retenant des éléments tels que :

 

  • le respect de la personne et de son histoire, de sa dignité, et de sa singularité
  • la valorisation de l'expression et l'écoute de la personne âgée pour ce qui concerne le lieu, le rythme et les modalités de vie qu'elle privilégie sur les autres.



Il y a toujours au moins deux façons de voir les choses

 

Regardons maintenant ces quelques exemples observés auprès d'aidants réunis dans le cadre d'un groupe de soutien aux aidants :

 

  • François s'inquiète que son père âgé de 84 ans conduise encore. Pensant le convaincre de renoncer, il ne perd pas une occasion de lui dire «Un de ces jours tu vas avoir un accident !  Ce n'est plus raisonnable de conduire à ton âge».
  • Chantal trouve que sa mère entasse trop de choses dans sa maison et que cela ne facilite pas l'entretien. Elle ne cesse de lui dire «à quoi bon garder ceci ou cela ? Cela ne te sert plus à rien,  jette donc ces vieilleries»,
  • Le père de Catherine est toujours autonome, mais son épouse ne l'est plus du tout et il ne peut plus assurer son maintien à domicile. Par solidarité avec sa conjointe, il décide d'entrer avec elle en Ehpad. Mais au lieu de l'Ehpad de la petite ville où résident ses parents, et où son père pourrait continuer à fréquenter des amis, Catherine tente de convaincre celui-ci d'intégrer l'Ehpad de la ville où elle même habite. Elle pourrait ainsi aller voir ses parents plus souvent. 
  • Jérôme rend visite à sa mère au sein de l'Ehpad où la vieille dame, veuve, réside depuis trois ans. Il remarque que celle-ci semble avoir un lien particulier avec un résident, M. Jean.  Cette situation provoque la gêne de Jérôme vis à vis du personnel. Il fait à sa mère le reproche de cette proximité avec M. Jean, en sous-entendant que ce n'est pas convenable.
  • Les enfants de Simone, et en particulier Clarisse sa fille aînée, souhaiteraient la voir déménager dans un plain-pied. Simone vit depuis plus de 40 ans dans cette maison, construite avec son mari. «Les souvenirs - lui disent ses enfants -ne valent pas la peine de risquer un accident dans les escaliers».

 

Dans chacun de ces exemples, il y a toujours à la base une préoccupation de l'aidant, assortie d'une bonne intention. Dans l'ordre des exemples, on peut évoquer le souci de sécurité, d'hygiène, de proximité, de moralité, de praticité.Mais cette préoccupation va à l'encontre du souhait, et donc du respect de la liberté, de la personne âgée concernée. Il y a toujours, dans les exemples choisis, deux points de vue : celui de la personne âgée et celui de ses proches.

 

Dans notre prochain article nous envisagerons, à partir des exemples évoqués, quelle pourrait être l'autre façon d'appréhender les choses pour ces aidants, en intégrant les notions de :

 

  • respect des souhaits de la personne âgée,
  • respect de ce qui constitue son identité et sa singularité,
  • équilibre entre sécurité et liberté de la personne âgée,
  • posture de négociation sans rapport de force.

 ARTICLE N° 24  LA MAISON DES AIDANTS / ANPERE   

Imprimer
En partenariat avec :

La Maison des Aidants® : «Accepter d'être aider pour mieux aider son proche»


La Maison des Aidants® est un centre ressource pour l’ensemble des Aidants de proche prenant ou souhaitant prendre en charge un proche dépendant.L'association La Maison des Aidants® accompagne les aidants, autour d'un projet participatif et indépendant. Depuis dix ans notre approche globale de l'accompagnement des aidants (coaching, formations, ligne d'écoute, orientation, valorisation des témoignages, etc.) a inspiré la structuration de nombreuses associations sur tout le territoire français. Il n’existe pas une solution mais des solutions d’accompagnement des Aidants et c’est cet ensemble qui concoure à l’amélioration de leur situation.           


Le site internet : www.lamaisondesaidants.com


Un site participatif et collaboratif pour les Aidants familiaux:

  • « Boîte à outils de l'Aidant » et « L'Aidant face à » riche d'informations et de conseils pour les soutenir, en tâchant d'embrasser toutes les problématiques qui traversent la vie des Aidants,
  • ouvert sur l'Europe et le monde : la condition des Aidants et des politiques en leur faveur au-delà de nos frontières peut fournir des sources d'inspiration et de réflexion au plan national,
  • « Billet d'humeur » et « Dossiers-débat » permettent aux Aidants de s'exprimer directement et de choisir les thèmes qui les concernent.

Le service Allô-Aidants


Allô-Aidants propose aux Aidants des séances de coaching téléphonique pour les aider à gérer une situation difficile. L’aidant noue avec un interlocuteur professionnel une relation de confiance.


La formation


Un besoin largement exprimé par les aidants.

L’Aidant engage tout ou partie de sa vie dans un rôle auquel il n’est pas préparé. Il en résulte très souvent des situations de fragilité où l’équilibre précaire risque de se rompre à tout moment.

La Maison des Aidants® propose des formations en entreprise, auprès des aidants, auprès des professionnels qui interviennent à domicile.

 La dynamique du « Faire avec les Aidants » conduit l’action de La Maison des Aidants®.


 

Pascal JANNOT : Président fondateur de La Maison des Aidants®

 

 

La médiation partie 2 : La (Ré)conciliation

Article précédent

La médiation partie 2 : La (Ré)conciliation

La bientraitance – Partie 2 : Tact, écoute et compréhension pour un accompagnement bientraitant

Article suivant

La bientraitance – Partie 2 : Tact, écoute et compréhension pour un accompagnement bientraitant