Accueil > S'engager > Aidants

Entrée en Ehpad : la phase délicate de l'adaptation


En France 728,000 personnes âgées fréquentent un établissement ou y vivent . Ce mode d'hébergement et de vie concerne 10 % des personnes de plus de 75 ans, et 1/3 des 90 ans et plus(**), L'entrée en Ehpad fait partie des grands changements susceptibles d'intervenir dans l'existence. Ce qui le rend particulier, c'est qu' il prend place dans la dernière partie de la vie. Qu'il soit initié par la personne âgée elle-même ou par ses proches, le passage du domicile à l'Ehpad constitue une rupture. Il marque la transition, généralement définitive, d'un mode de vie individuel et indépendant à un mode de vie collectif avec le lot de contraintes qui s'y rattachent.   Cependant, l'entrée en établissement ne signifie pas la fin de la vie, mais le début d'un autre mode de vie. Nous souhaitons dans cet article aborder la question sans masquer les difficultés, mais en ouvrant aussi des pistes de réflexion pour transformer un moment parfois difficile en perspectives d'une nouvelle tranche de vie qui peut être vécue positivement.


Un moment marquant

En 1980, Jean Ferrat évoquait dans une chanson (Tu verras, tu seras bien) la complexité des sentiments qui accompagnent ce moment :

 

«Oui je vois le chat s'agite, on ne trompe pas son instinct
Mais il oubliera très vite, dès qu'il sera chez les voisins
T'auras plus de courses à faire, de ménage quotidien
Plus de feu en plein hiver, t'auras plus souci de rien»...

 

Exprimé ici en chanson,  l'événement pour toutes celles et ceux qui ont à le vivre,  est généralement  marquant voire douloureux. Mais ce moment peut et doit être accompagné et dépassé pour permettre à la personne âgée de s'adapter à son nouveau mode de vie. Les proches aidants ont bien évidemment, aux côtés du personnel de l'établissement, un rôle majeur à jouer dans ce sens. C'est un vrai partenariat qui doit s'établir entre eux.


Favoriser l'adaptation de la personne âgée : le rôle des proches

Les équipes des Ehpad ont dans la très grande majorité le souci d'accueillir et d'intégrer au mieux les nouveaux résidents. Mais ceux-ci sont nécessairement immergés d'emblée dans un ensemble complexe constitué :

 

  • de personnels dont il va falloir comprendre le rôle, retenir les noms, les visages...
  • d'autres résidents ayant déjà leurs habitudes et leur réseau relationnel,
  • d'horaires et de modes opératoires différents de ceux qui avaient cours au domicile pour les soins, la prise des médicaments, les repas ou la toilette,
  • de sensations, de perceptions, de bruits, inconnus jusqu'alors...

 

Passer de la tranquillité du domicile à une collectivité ou chacun s'affaire, travaille, circule... peut désorienter dans les premiers temps. Les proches sont alors tentés d'être présents le plus possible pour rassurer la personne âgée, et se rassurer eux-mêmes. Ce n'est cependant pas toujours la bonne solution, selon un directeur d'Ehpad qui apporte ce témoignage :

«Nous comprenons bien la souffrance des proches au moment de l'entrée dans l'établissement.

Souvent en proie à des états émotionnels complexes (par exemple sentiment de culpabilité de ne pas avoir pu maintenir la promesse faite à la personne âgée qu'elle resterait toujours à domicile, inquiétude sur l'adaptation etc.), ils peuvent avoir tendance à vouloir être très présents.

Mais une trop forte présence peut avoir pour effet non pas de rassurer la personne âgée, mais de freiner son processus d'adaptation.

 Il faut garder à l'esprit que la personne âgée, quelque soit son degré de perte d'autonomie, conserve des capacités de socialisation, de libre arbitre, d'expression...

Nous constatons souvent qu'une personne retrouve en collectivité une part d'autonomie qu'elle n'avait plus à domicile. Mais un regard constant des proches peut la retenir de tisser des liens avec le personnel ou de nouer des relations avec les autres résidents.

 Le rôle des proches aidants est fondamental : positifs et constructifs, y compris dans d'éventuelles critiques, ils favorisent une bonne intégration de leur parent. Ils deviennent alors de vrais partenaires des équipes pour veiller au bien-être de la personne âgée».

Côté familles, on reproche souvent à l'établissement de ne pas individualiser suffisamment la prise en compte de la personne âgée.

Jean-François, qui vient très récemment d'accompagner sa mère pour son entrée en Ehpad, a fait l'observation suivante :

«Le personnel s'est montré plein de sollicitude, chacun se présentant et précisant sa fonction : "je vais m'occuper de vous pour la toilette, et demain ce sera ma collègue". Ou bien "je suis l'animatrice, si vous voulez vous pourrez participer aux activités" etc...

 Ainsi tous parlaient de leur rôle, mais personne n'était vraiment dans l'écoute de la personne âgée. Personne ne lui a demandé à elle de se présenter, de dire par exemple quel était son métier, combien elle a d'enfants etc...

Personne n'a demandé non plus à la famille quel était le rôle de chacun à domicile, comme si notre expérience auprès de notre mère n'avait aucune valeur.

 L'Ehpad est très bien conclut Jean-François, mais il faudrait former le personnel à l'écoute et à un accueil authentique, moins axé sur la personne en tant que résident ou pensionnaire, mais plus sur ce qu'elle a d'unique qui l'identifie et la caractérise.. et aussi sur la prise en compte de l'histoire particulière de toute la relation d'aide qui s'est construite entre elle-même et ses proches».

Ces deux témoignages – directeur d'établissement et proche aidant – montrent que chacun cherche à faire de son mieux , mais avec un angle de vue différent.

C'est dans le rapprochement de ces divers points de vue que des efforts restent à faire, notamment par le biais de la formation des personnels, des groupes de paroles d'aidants, et aussi du rôle des Conseils de la Vie Sociale (CVS).

Une bonne adaptation de la personne âgée est en définitive le résultat d'ajustements réciproques entre elle-même, l'établissement et ses proches aidants.


 (**) Source Dress – juillet 2017 
ARTICLE N° 30 NOVEMBRE 2019 -   LA MAISON DES AIDANTS / ANPERE

Imprimer
En partenariat avec :

La Maison des Aidants® : «Accepter d'être aider pour mieux aider son proche»


La Maison des Aidants® est un centre ressource pour l’ensemble des Aidants de proche prenant ou souhaitant prendre en charge un proche dépendant.L'association La Maison des Aidants® accompagne les aidants, autour d'un projet participatif et indépendant. Depuis dix ans notre approche globale de l'accompagnement des aidants (coaching, formations, ligne d'écoute, orientation, valorisation des témoignages, etc.) a inspiré la structuration de nombreuses associations sur tout le territoire français. Il n’existe pas une solution mais des solutions d’accompagnement des Aidants et c’est cet ensemble qui concoure à l’amélioration de leur situation.           


Le site internet : www.lamaisondesaidants.com


Un site participatif et collaboratif pour les Aidants familiaux:

  • « Boîte à outils de l'Aidant » et « L'Aidant face à » riche d'informations et de conseils pour les soutenir, en tâchant d'embrasser toutes les problématiques qui traversent la vie des Aidants,
  • ouvert sur l'Europe et le monde : la condition des Aidants et des politiques en leur faveur au-delà de nos frontières peut fournir des sources d'inspiration et de réflexion au plan national,
  • « Billet d'humeur » et « Dossiers-débat » permettent aux Aidants de s'exprimer directement et de choisir les thèmes qui les concernent.

Le service Allô-Aidants


Allô-Aidants propose aux Aidants des séances de coaching téléphonique pour les aider à gérer une situation difficile. L’aidant noue avec un interlocuteur professionnel une relation de confiance.


La formation


Un besoin largement exprimé par les aidants.

L’Aidant engage tout ou partie de sa vie dans un rôle auquel il n’est pas préparé. Il en résulte très souvent des situations de fragilité où l’équilibre précaire risque de se rompre à tout moment.

La Maison des Aidants® propose des formations en entreprise, auprès des aidants, auprès des professionnels qui interviennent à domicile.

 La dynamique du « Faire avec les Aidants » conduit l’action de La Maison des Aidants®.


 

Pascal JANNOT : Président fondateur de La Maison des Aidants®

 

 

Maltraitance des personnes âgées : Une violence multiforme

Article précédent

Maltraitance des personnes âgées : Une violence multiforme

Personnes âgées, stéréotypes et préjugés - Partie 2 : Des initiatives porteuses d'espoir et de changement

Article suivant

Personnes âgées, stéréotypes et préjugés - Partie 2 : Des initiatives porteuses d'espoir et de changement