Accueil > S'engager > Aidants

L'aidant et ses limites - Partie 3


La recherche du pourquoi


Lorsque dans le cadre du groupe d'échanges entre aidants(*),  ces participants tentent de répondre à la question du «pourquoi en suis-je arrivé.e là?», que la formatrice s'attache à susciter, les premières réponses fusent spontanément :

 

  • c'est mon rôle de mère,
  • c'est un devoir,
  • qui d'autre sinon moi?,
  • nous sommes mariés pour le meilleur et pour le pire,
  • je lui ai promis qu'elle n'irait jamais en maison de retraite,
  • je n'ai pas trouvé d'infirmière et de toute façon il n'accepte que moi,
  • les aides à domicile ne font pas aussi bien que moi,
  • ..

 

La liste serait trop longue à énumérer intégralement. Mais il est évident que les raisons invoquées par ces aidant.es sont parfaitement compréhensibles et ont une part de fondement réel.

 

Mais peut-être seulement une part...

 

Car si ces aidants/es, bien que convaincus/es que leur situation soit sans issue, viennent un jour pousser la porte d'un groupe d'échange entre aidants, c'est bien parce qu'ils pressentent que l'aide qu'ils/elles apportent va au-delà de ce qu'il est juste de faire au nom de l'affection que l'on porte à un proche.

 

L'intuition que quelque chose d'autre est à explorer?...

Le sentiment du décalage entre ce qu'ils disent et ce qu'ils/elles ressentent au plan le plus intime ?...

 

Quoiqu'il en soit, si un jour ils en viennent à se retrouver au sein d'un groupe, c'est bien pour tenter de sortir d'une situation qui n'est plus tenable, sinon au risque de perdre leur propre santé.

 

Commencent alors à émerger les raisons profondes du dépassement de leurs limites.

Moment souvent difficile, mais combien libérateur, que celui où l'on accepte de reconnaître que si l'on a laissé perdurer cette situation, c'est peut-être pour des raisons plus inconscientes. Ces raisons sont variables et propres à chacun, mais on peut en citer quelques unes. L'on pourrait par exemple :

 

  • se sentir coupable d'être en bonne santé,
  • perdre l'estime de soi si l'on assumait pas toute la charge de l'aide,
  • redouter le jugement des autres,
  • croire que l'on va perdre aux yeux d'autrui cette image d'homme ou de femme fort.e ou courageux.se à laquelle on tient,
  • avoir peur de décevoir, ou de trahir,
  • vouloir démontrer qu'on est à la hauteur,
  • avoir du mal à se défaire d'une certaine «identité d'aidant.e» que l'on s'est construite, etc.

 

Ce n'est qu'au prix de ce travail de vérité que l'aidant.e peut enfin accepter que le fait de se poser des limites est légitime, et que cela n'entache en rien la loyauté ou l'affection vis à vis du proche aidé.

 

C'est alors seulement que l'aidant.e peut se décider à rechercher les solutions afin de remettre l'aide qu'il apporte dans des limites compatibles avec sa propre existence.

 


A lire aussi :

Faire le point sur mon rôle d'aidant.e 

La charge ressentie par l'aidant.e


 

ARTICLE N° 38 MARS 2020 LA MAISON DES AIDANTS/ANPERE

Imprimer
En partenariat avec :

La Maison des Aidants® : «Accepter d'être aider pour mieux aider son proche»


La Maison des Aidants® est un centre ressource pour l’ensemble des Aidants de proche prenant ou souhaitant prendre en charge un proche dépendant.L'association La Maison des Aidants® accompagne les aidants, autour d'un projet participatif et indépendant. Depuis dix ans notre approche globale de l'accompagnement des aidants (coaching, formations, ligne d'écoute, orientation, valorisation des témoignages, etc.) a inspiré la structuration de nombreuses associations sur tout le territoire français. Il n’existe pas une solution mais des solutions d’accompagnement des Aidants et c’est cet ensemble qui concoure à l’amélioration de leur situation.           


Le site internet : www.lamaisondesaidants.com


Un site participatif et collaboratif pour les Aidants familiaux:

  • « Boîte à outils de l'Aidant » et « L'Aidant face à » riche d'informations et de conseils pour les soutenir, en tâchant d'embrasser toutes les problématiques qui traversent la vie des Aidants,
  • ouvert sur l'Europe et le monde : la condition des Aidants et des politiques en leur faveur au-delà de nos frontières peut fournir des sources d'inspiration et de réflexion au plan national,
  • « Billet d'humeur » et « Dossiers-débat » permettent aux Aidants de s'exprimer directement et de choisir les thèmes qui les concernent.

Le service Allô-Aidants


Allô-Aidants propose aux Aidants des séances de coaching téléphonique pour les aider à gérer une situation difficile. L’aidant noue avec un interlocuteur professionnel une relation de confiance.


La formation


Un besoin largement exprimé par les aidants.

L’Aidant engage tout ou partie de sa vie dans un rôle auquel il n’est pas préparé. Il en résulte très souvent des situations de fragilité où l’équilibre précaire risque de se rompre à tout moment.

La Maison des Aidants® propose des formations en entreprise, auprès des aidants, auprès des professionnels qui interviennent à domicile.

 La dynamique du « Faire avec les Aidants » conduit l’action de La Maison des Aidants®.


 

Pascal JANNOT : Président fondateur de La Maison des Aidants®

 

 

Des services pour vous accompagner pendant la période de confinement grâce au contrat Entour'Age

Article précédent

Des services pour vous accompagner pendant la période de confinement grâce au contrat Entour'Age

Être aidant au temps du confinement – Trop près ou trop loin, mais toujours inquiets - Partie 2

Article suivant

Être aidant au temps du confinement – Trop près ou trop loin, mais toujours inquiets - Partie 2