Accueil > S'engager > Aidants

Maltraitance des personnes âgées : Une violence multiforme


Lorsque l'on parle de la maltraitance des personnes âgées,  on a tendance à la définir comme une violence physique ou psychologique exercée sur une personne vulnérable, et à l'associer aux cas de mauvais traitements en établissements, dont la presse se fait régulièrement l'écho.


Cela est en partie vrai, mais en même temps très réducteur si l'on veut comprendre la question de la maltraitance, C'est un sujet grave, complexe, et qui est encore mal quantifié. L'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) estime qu'une personne âgée sur dix est victime chaque mois d'une forme ou d'une autre de maltraitance.

 

Qu'est ce que la maltraitance ?

On peut se référer à la définition de la maltraitance qu'a donné le Conseil de l'Europe en 1987 :

 

 «Tout acte ou omission commis par une personne (ou un groupe), s'il porte atteinte à la vie, à l’intégrité corporelle ou psychique ou à la liberté d’une autre personne (ou d'un autre groupe) ou compromet gravement le développement de sa personnalité et/ou nuit à sa sécurité financière. ».

 

Par la suite (1992), le Conseil de l'Europe a complété cette définition, en spécifiant les différents aspects que recouvre la maltraitance :

 

  • Violences physiques : par exemple coups, brûlures, ligotages, soins brusques sans information ou préparation, non satisfaction des demandes pour des besoins physiologiques, violences sexuelles, meurtres (dont euthanasie)…
  • Violences psychiques ou morales : par exemple langage irrespectueux ou dévalorisant, absence de considération, chantage, menace, abus d’autorité, intimidation, comportement d’infantilisation, non respect de l’intimité, injonctions paradoxales…
  • Violences matérielles et financières : par exemple vols, exigence de pourboires, escroqueries diverses, locaux inadaptés…
  • Violences médicales ou médicamenteuses : par exemple défaut de soins de base, non information sur les traitements ou les soins, abus de traitements sédatifs ou neuroleptiques, défaut de soins de rééducation, non prise en compte de la douleur…
  • Négligences actives : toutes formes de délaissement, d’abandon, de manquements pratiqués avec la conscience de nuire.
  • Négligences passives : négligences relevant de l’ignorance, de l’inattention de l’entourage.
  • Privations ou violations de droits : par exemple limitation de la liberté de la personne, privation de l’exercice des droits civiques, d’une pratique religieuse…



Refuser et dénoncer la maltraitance

On voit bien, d'après la définition du Conseil de l'Europe, que la maltraitance va au-delà des mauvais traitements physiques, ou psychologiques, et peut prendre des formes «passives» mais non moins graves. La personne qui exerce la maltraitance peut en outre le faire en conscience, de façon intentionnelle, ou de façon non intentionnelle. L'auteur d'actes de maltraitance encourt bien évidemment des sanctions pénales. Mais il faut rappeler que l'article 434-3 du code pénal vise aussi les témoins de ces abus qui ne signaleraient pas aux autorités judiciaires ou administratives les actes en question. L’état est engagé dans la prévention et le repérage de la maltraitance, au sein de la société, et au sein des établissements sociaux et médico-sociaux. Afin de faciliter les signalements de maltraitance des personnes vulnérables (âgées ou handicapées).  le réseau 3977, du nom du numéro d'appel national, a été spécifiquement créé.

 

A l'écoute à la fois :

  • des victimes de maltraitance,
  • des témoins de maltraitance,
  • et des personnes aidantes rencontrant des difficultés dans l'aide apportée, avec les risques de maltraitance qui en découlent,

 

le réseau s'articule autour :

  • de l'accueil téléphonique sur un numéro unique et gratuit, le 3977,
  • et de la présence sur le terrain, dans la plupart des départements, de bénévoles qualifiés au sein des associations ALMA (Allo Maltraitance Personnes Âgées).

 

Le site internet 3977 propose en outre un test rapide et anonyme qui peut aider à identifier une situation de maltraitance.


Idées reçues sur la maltraitance

Il est difficile de quantifier le phénomène de la maltraitance, car celle-ci bien évidemment ne s'expose pas au grand jour.

Les cas médiatisés de mauvais traitements au sein d' EHPAD laissent dans l'opinion publique une impression très négative qui ternit injustement l'ensemble des établissements.

Les statistiques du réseau 3977 ne reflètent pas l'idée reçue que la maltraitance se produit essentiellement en établissement, au contraire.

Dans le rapport d'activité 2016, il apparaît que :

 

  • 75 % des maltraitances signalées ont lieu au domicile,
  • et que 50 % impliquent un membre de la famille.

 

Enfin, sans abuser du terme de maltraitance, il faut aussi signaler une forme de mauvais traitements que l'on pourrait qualifier de sociale, et qui s'exerce au quotidien dans l'espace public.

Il s'agit des représentations négatives de la vieillesse, du manque de tolérance (que l'on pense au comportement excédé de certains automobilistes vis à vis d'une personne âgée au volant...), et des formes subtiles de la relégation.

 

Nous aurons l'occasion d'y revenir dans un prochain article.


 Pour approfondir :

 « Bienveillance n'est pas toujours bientraitance» 

 «Tact, écoute et compréhension pour un accompagnement bientraitant»


 ARTICLE N° 29 NOVEMBRE 1-2 : LA MAISON DES AIDANTS / ANPERE

Imprimer
En partenariat avec :

La Maison des Aidants® : «Accepter d'être aider pour mieux aider son proche»


La Maison des Aidants® est un centre ressource pour l’ensemble des Aidants de proche prenant ou souhaitant prendre en charge un proche dépendant.L'association La Maison des Aidants® accompagne les aidants, autour d'un projet participatif et indépendant. Depuis dix ans notre approche globale de l'accompagnement des aidants (coaching, formations, ligne d'écoute, orientation, valorisation des témoignages, etc.) a inspiré la structuration de nombreuses associations sur tout le territoire français. Il n’existe pas une solution mais des solutions d’accompagnement des Aidants et c’est cet ensemble qui concoure à l’amélioration de leur situation.           


Le site internet : www.lamaisondesaidants.com


Un site participatif et collaboratif pour les Aidants familiaux:

  • « Boîte à outils de l'Aidant » et « L'Aidant face à » riche d'informations et de conseils pour les soutenir, en tâchant d'embrasser toutes les problématiques qui traversent la vie des Aidants,
  • ouvert sur l'Europe et le monde : la condition des Aidants et des politiques en leur faveur au-delà de nos frontières peut fournir des sources d'inspiration et de réflexion au plan national,
  • « Billet d'humeur » et « Dossiers-débat » permettent aux Aidants de s'exprimer directement et de choisir les thèmes qui les concernent.

Le service Allô-Aidants


Allô-Aidants propose aux Aidants des séances de coaching téléphonique pour les aider à gérer une situation difficile. L’aidant noue avec un interlocuteur professionnel une relation de confiance.


La formation


Un besoin largement exprimé par les aidants.

L’Aidant engage tout ou partie de sa vie dans un rôle auquel il n’est pas préparé. Il en résulte très souvent des situations de fragilité où l’équilibre précaire risque de se rompre à tout moment.

La Maison des Aidants® propose des formations en entreprise, auprès des aidants, auprès des professionnels qui interviennent à domicile.

 La dynamique du « Faire avec les Aidants » conduit l’action de La Maison des Aidants®.


 

Pascal JANNOT : Président fondateur de La Maison des Aidants®

 

 

Agir pour les aidants : Le plan gouvernemental de mobilisation et de soutien

Article précédent

Agir pour les aidants : Le plan gouvernemental de mobilisation et de soutien

Entrée en Ehpad : la phase délicate de l'adaptation

Article suivant

Entrée en Ehpad : la phase délicate de l'adaptation