Dans la première partie de cet article, nous avons évoqué les mesures qui peuvent être prises pour éviter que l'éloignement géographique entre aidant et proche aidé ne génère inquiétudes et stress supplémentaires. Nous avons abordé les notions d'organisation, de planification/anticipation, et de sécurisation de la personne fragilisée. Ces aspects conditionnent une plus grande sérénité de l'aidant car ils réduisent l'incertitude liée à la distance.  En outre, pour la personne fragilisée, les mesures prises dans ce sens favorisent une meilleure maîtrise de son environnement et de son quotidien.


Dans ce second volet, nous allons examiner les aspects de communication et de réseau de soutien, qui permettent à l'aidant à distance de ne pas se sentir isolé, tout en créant, autour de la personne aidée, une synergie efficace et sécurisante.

 

Communication et réseau de soutien

Les situations rencontrées dans un contexte d'éloignement géographique sont très variées :

Du côté de l'aidant :

  • il peut être enfant unique ou faire partie d'une fratrie,
  • les rapports avec les membres de la famille sont harmonieux, ou au contraire tendus ou inexistants,
  • il peut partager l'aide qu'il apporte, ou doit l'assumer seul...

Du côté de la personne aidée:

  • elle peut être seule ou en couple
  • elle a un environnement amical/familial/de voisinage... ou au contraire vit isolée
  • les rapports avec l'enfant-aidant sont fluides et faciles... ou comportent des désaccords ou des tensions...

Tous ces éléments vont bien sûr conditionner le positionnement de l'aidant vis à vis de la personne aidée.

Mais au-delà de la variété des situations, il est toujours souhaitable pour l'aidant de ne pas rester isolé.

Être aidant est souvent comparé au fait de gérer une entreprise. C'est tout aussi vrai pour l'aidant à distance, qui doit apprendre tout particulièrement à rechercher la coopération d'autres personnes.

 Pour La Maison des Aidants, cette démarche d'apprentissage de l'aidant porte le sigle C.R.I.E.R, tiré de la première lettre de chaque mot-clef :
 

  • Communiqueravec les professionnels intervenant au domicile, pour ajuster si besoin les interventions,
  • Répartir tâches et rôles, dans le souci d'une meilleure efficacité de l'aide apportée,
  • Impliquer d'autres personnes dans le soutien au proche aidé (selon le contexte : amis, voisins, bénévoles...) afin d'accroître quantitativement et qualitativement le soutien à la personne fragilisée,
  • Échangerles informations avec les membres de la famille, afin de ne pas porter seul la responsabilité du soutien au proche fragilisé,
  • «Réseauter», néologisme qui signifie «travailler en réseau» : en l’occurrence, pour l'aidant, il s'agit de mobiliser d'autres personnes pour partager et amplifier le soutien au proche aidé.

C.R.I.E.R, c'est un procédé mnémotechnique pour mémoriser la démarche mais c'est aussi une façon humoristique de rappeler à l'aidant qu'il doit se faire entendre pour ne pas porter seul l'aide nécessaire à son proche. 

 

Une synergie d'actions

Pour l'aidant à distance, l'ensemble des notions que nous avons vues (organisation, anticipation/planification, sécurisation, communication, réseau) sont indissociables, car chacune renforce les autres pour parvenir à une gestion de l'aide efficace et sereine.

 

Des innovations viennent soutenir le rôle de l'aidant à distance :

  • applications installées sur smartphone, permettant de coordonner les interventions des professionnels et d'échanger les informations avec les autres membres de la famille,
  • services personnalisés à l'aidant pour rechercher et organiser les aides nécessaires,
  • systèmes de télé-assistance évolués sécurisant aussi les sorties ou les activités à l'extérieur du domicile,
  • bouquets de services incluant des visites sur place ou des appels à la personne âgée, avec retour d'informations à ses proches,
  • abonnement à des services personnalisés de soutien à l'aidant...

 

La Poste a récemment mis en place une solution répondant à la problématique de l'éloignement géographique au travers de son dispositif «Veiller sur mes parents». Certaines enseignes de services à la personne incluent dans leurs offres des options spécifiques pour les personnes âgées éloignées de leur famille. Le rôle et les problématiques particulières des aidants à distance a bien été compris par le marché de la silver-économie et les réponses en termes de services sont de plus en plus nombreuses et diversifiées. L'implication familiale reste cependant l'atout majeur d'un soutien à distance efficace et chaleureux pour la personne en perte d'autonomie.

A l'inverse, les divergences, désaccords ou tensions au sein de la famille au sujet de l'aide à apporter au proche fragilisé sont des facteurs perturbants. Nous consacrerons notre prochain article à la médiation familiale, utile pour résoudre les conflits si tel est le cas.


 

ARTICLE N° 21 JUIN 2019 LMA / ANPERE