Accueil > Se protéger > Prévoyance et perte d'autonomie

Comprendre le système de soutien à l'autonomie des personnes âgées


Lorsque l'on doit accompagner un proche âgé, il n'est pas toujours simple de repérer les aides, mesures, dispositifs ou organismes qui structurent aujourd'hui le champ du soutien à l'autonomie des aînés... d''autant que l'usage de sigles est souvent de rigueur. Plutôt qu'un lexique, nous avons choisi de proposer dans cet article une approche thématique simplifiée, afin de donner aux lecteurs les clés de compréhension d'un système complexe.


 

Une nouvelle loi «Grand âge et autonomie» doit être présentée à l'automne. Elle est susceptible d'apporter des modifications. Nous nous en ferons l'écho afin de repérer les changements qui en découleront. A l'heure actuelle, on peut dire schématiquement que le paysage de l'aide à l'autonomie des aînés s'organise autour :

 


De personnes morales de droit public

  • La Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie (CNSA) :

    Créée en 2004, elle répartit notamment des budgets au niveau des départements et orchestre la politique nationale de soutien à l'autonomie.Elle a créé le portail national d'information  « Pour les Personnes Agées » afin de diffuser une information complète et uniforme auprès du grand public.

  • Les Conseils Départementaux (appelés jusqu'en 2015 Conseils Généraux).

    Ils financent une part importante de  l'Allocation Personnalisée d'Autonomie et instruisent les dossiers de demande (voir ci-après APA)

De droits spécifiques

  • L'APA (Allocation Personnalisée d'Autonomie)  : c'est une prestation sociale versée par le Conseil Départemental afin de financer des aides humaines et/ou techniques. Le plan d'aide est défini en fonction du degré de perte d'autonomie. Celui-ci est évalué sur la base de la grille AGGIR. (NB : l'APA peut être accordée aussi à une personne âgée résidant en établissement)

 

  • L'aide ménagère à domicile : versée par le Conseil Départemental, il s'agit d'une aide sociale sous conditions de ressources. Elle concerne les personnes à partir de 65 ans (ou 60 ans pour les personnes reconnues inaptes au travail) n'ouvrant pas droit à l'APA. (NB : l'aide accordée est récupérable sur succession si celle-ci est supérieure à 46 000 €)

 


D'organismes

Divers organismes ont pour vocation d'informer, d'orienter, de conseiller et/ou d'instruire les dossiers de demande d'aide.

Les configurations territoriales sont variables, mais les principaux interlocuteurs des personnes âgées et de leurs aidants sont généralement :

 

  • Les CLIC (Centres locaux d'information et de coordination): Ces «guichets uniques» spécifiquement dédiés aux personnes âgées et à leurs proches, proposent des niveaux de services variables et peuvent porter des appellations différentes selon les territoires.

    On peut rechercher un CLIC ici   
  • Les CCAS (Centres communaux d'action sociale) : à vocation communale ou intercommunale (CIAS), ils ont une mission plus générale d'aide et d'action sociale à l'échelle de la commune. Dans les petites communes (moins de 1500 habitants, leur création est facultative.
  • Le service social départemental : rattaché au Conseil Départemental, il est sectorisé, c'est à dire présent, au travers des assistants de service social, au plus près des usagers. Une simple recherche sur le site internet de chaque conseil départemental permet d'identifier les lieux et heures de permanences des assistants de service social. On peut consulter ici l'annuaire des Conseils départementaux. (NB : lors de la demande d'APA, une équipe médico-sociale du département évaluera au domicile de la personne âgée ses besoins et définira le plan d'aide nécessaire.)

De services

Des SAP (Services à la personne) interviennent à domicile pour soutenir l'autonomie de la personne âgée. Nous avons traité ce sujet dans trois articles, auxquels les lecteurs peuvent se référer :

 

Selon les territoires, on peut aussi trouver :

  • des SSIAD: Services de soins infirmiers à domicile. Ils interviennent sur prescription médicale pour assurer les soins des personnes âgées ou handicapées.
  • des SPASAD: Services polyvalents d'aide et de soins à domicile. Moins répandus que les SSIAD, ils proposent des services d'aide à domicile et des soins infirmiers.

De dispositifs 

  • Les plateformes d'accompagnement et de répit: à l'origine destinées spécifiquement aux proches aidants de malades d'Alzheimer, elles tendent aujourd'hui à se diversifier vers tous types de problèmes. Pour une information complète, visiter la page dédiée sur le Portail «Pour les Personnes âgées»

  • Les Équipes spécialisées Alzheimer ou apparentées (ESA) : rattachées à des SSIAD, elles n'interviennent que sur prescription médicale.

    Pour plus d'informations, visitez les sites : Pour les personnes âgées et France Alzheimer

  

L'ensemble des éléments que nous venons d'évoquer connaît de nombreuses déclinaisons en fonction des territoires.

Rappelons que l'information la plus générale et la plus exhaustive se trouve sur le site de référence «Portail national d’information pour l’autonomie des personnes âgées et l’accompagnement de leurs proches»


 ARTICLE  N° 26 / LA MAISON DES AIDANTS / ANPERE OCTOBRE 2019

Imprimer
En partenariat avec :

La Maison des Aidants® : «Accepter d'être aider pour mieux aider son proche»


La Maison des Aidants® est un centre ressource pour l’ensemble des Aidants de proche prenant ou souhaitant prendre en charge un proche dépendant.L'association La Maison des Aidants® accompagne les aidants, autour d'un projet participatif et indépendant. Depuis dix ans notre approche globale de l'accompagnement des aidants (coaching, formations, ligne d'écoute, orientation, valorisation des témoignages, etc.) a inspiré la structuration de nombreuses associations sur tout le territoire français. Il n’existe pas une solution mais des solutions d’accompagnement des Aidants et c’est cet ensemble qui concoure à l’amélioration de leur situation.           


Le site internet : www.lamaisondesaidants.com


Un site participatif et collaboratif pour les Aidants familiaux:

  • « Boîte à outils de l'Aidant » et « L'Aidant face à » riche d'informations et de conseils pour les soutenir, en tâchant d'embrasser toutes les problématiques qui traversent la vie des Aidants,
  • ouvert sur l'Europe et le monde : la condition des Aidants et des politiques en leur faveur au-delà de nos frontières peut fournir des sources d'inspiration et de réflexion au plan national,
  • « Billet d'humeur » et « Dossiers-débat » permettent aux Aidants de s'exprimer directement et de choisir les thèmes qui les concernent.

Le service Allô-Aidants


Allô-Aidants propose aux Aidants des séances de coaching téléphonique pour les aider à gérer une situation difficile. L’aidant noue avec un interlocuteur professionnel une relation de confiance.


La formation


Un besoin largement exprimé par les aidants.

L’Aidant engage tout ou partie de sa vie dans un rôle auquel il n’est pas préparé. Il en résulte très souvent des situations de fragilité où l’équilibre précaire risque de se rompre à tout moment.

La Maison des Aidants® propose des formations en entreprise, auprès des aidants, auprès des professionnels qui interviennent à domicile.

 La dynamique du « Faire avec les Aidants » conduit l’action de La Maison des Aidants®.


 

Pascal JANNOT : Président fondateur de La Maison des Aidants®

 

 

Remplacer sa baignoire par une douche ?

Article précédent

Remplacer sa baignoire par une douche ?